« Nos douceurs vives » en couverture de livre

Mon tableau Nos douceurs vives est en couverture du livre de poésie des Prix Piché de poésie 2019, aux Éditions d'art Le Sabord : Retenir le torrent (Madeleine Sauriol) suivi de Les papillons de phosphore (Louis Côté).


Je suis particulièrement touchée, puisque ce tableau aurait inspiré Madeleine Sauriol pour l'écriture de ses poèmes, lors de mon exposition Le sublime et le subtil, à l'automne 2017.

Le lancement du livre à lieu pendant le Festival de la poésie de Trois-Rivières, le 12 octobre 2019, dès 17h, au Café-Bar le Zénob.

***
À propos du livre et du Prix Piché :

« Le Prix Piché de poésie 2019 de l'Université du Québec à Trois-Rivières, qui se veut un hommage au poète Alphonse Piché et un encouragement à la relève, a attiré des participations en provenance de toutes les régions. Le prix est décerné à un auteur qui n’a jamais publié de recueil.

Cette année, le premier prix, d'une valeur de 2 000 $, a été accordé à Madeleine Sauriol pour Retenir le torrent. Un univers maîtrisé où la blessure de l'enfance, la fragilité du derme, « des désordres intimes » cherchent, par « des mots à venir », à accéder à la lumière. Bien que les plaies se soient fermées avec les années, il y a toujours une chute « dans le vide » où une « poupée de chiffon » « hurle » dans un « firmament endormi ».  Une suite de grande qualité littéraire, autant par la beauté de ses vers et de ses images que par la construction globale de ses poèmes. Le lecteur est emporté; il demeure, tout au long de sa lecture, ravi, étonné par l’ensemble rythmé et soutenu.

Le deuxième prix, d'une valeur de 500 $, est la mention accordée à Louis Côté pour sa suite débutant par Les papillons de phosphore. Cette suite est surtout marquée par l'étonnement; les images surprenantes sont souvent saisissantes et riches. On y découvre une relation fraternelle, un « bac à sable » qui devient « un palais », une nature souvent urbaine avec des « graffitis attentats », avec des « bras mendiants » dans l'attente « d'une destruction continentale ». On y sent aussi le plaisir du poète à jouer avec les mots et à nous en rendre complices, car « tu es celui qui découpe/les formes du jeu ». 

Les membres du jury étaient : Éric Roberge, professeur de littérature au Cégep de Trois-Rivières; Jean-Marc Desgent, poète et Manon Brunet, professeur titulaire au Département de lettres et communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Félicitations aux gagnants dont les poèmes seront entendus au cours du 35e Festival international de la poésie, et publiés par les Éditions d'Art Le Sabord. »
(Source : Site Internet du FIPTR)