Anthologie Les Voies de la Poésie

En 2020, certains de mes poèmes ont rejoint l'importante anthologie en ligne Les Voies de la Poésie, ressource essentielle pour l'enseignement de la poésie au Canada et dans le monde. On y trouve aussi une courte entrevue où les jeunes des écoles pourront découvrir quels ont été mes premiers réels contacts avec la poésie.


 

« Les grandes fatigues » à Lire en chœur / suggéré par Jean-Paul Daoust

Le 8 décembre 2020, c'est au tour du poète Jean-Paul Daoust de suggérer Les grandes fatigues dans ses prescriptions littéraires lors de l'événement Lire en choeur de l'Association des Libraires du Québec (ALQ).



« Les grandes fatigues », finaliste au Prix Alain-Grandbois

C'est un immense honneur d'être finaliste pour le Prix de poésie Alain-Grandbois 2020 de l'Académie des Lettres du Québec, pour mon livre Les grandes fatigues (Le Noroît), aux côtés de Jean-Marc Desgent pour Misère et dialogue des bêtes (Poètes de brousse) et Annie Lafleur pour Ciguë (Le Quartanier).

Le jury, présidé par Denise Desautels, incluait aussi Martine Audet et Jean-Paul Daoust.

* En raison de la pandémie, la remise des prix est remise à une période indéterminée.




FIPTR 2020, suite poétique « Minuscule »

Chaque année, le Festival international de la poésie de Trois-Rivières invite des poètes à écrire un poème pour accompagner les expositions qui se tiennent à Trois-Rivières, pendant sa programmation. Après avoir vécu l'expérience à deux reprises comme artiste pour deux de mes expositions de peinture, cette fois, c'est comme poète que j'ai participé à cette rencontre des arts visuels et de la poésie. J'ai pu vivre cette occasion singulière d'écrire à partir des tableaux de quelqu'un d'autre.
 
À la fin de l'été 2020, je suis allée visiter l'atelier de Jocelyne Duchesne. Nous avons passé un après-midi ensemble à regarder ses tableaux avec attention. Une fois chez moi, j'ai ouvert un chantier d'écriture. Quelques mots clés nommés lors de ma visite, des réflexions personnelles puisées dans mon enfance, mes émotions existentielles en écho avec sa peinture, des sensations que Jocelyne m'a partagées, tout cela a été le matériau pour écrire une suite poétique.

Vous pouvez lire mon texte « Minuscule », écrit en écho aux tableau de Jocelyne Duchesne, au Caféier, sur la rue Saint-Antoine à Trois-Rivières, jusqu'au 29 octobre.


 

« Les grandes fatigues », Prix de littérature Gérald-Godin

Je suis heureuse d'être lauréate du Prix de littérature Gérald-Godin, remis dans le cadre des Grands Prix culturels de Trois-Rivières 2020, pour mon livre de poésie Les grandes fatigues.





« Les grandes fatigues » / chronique de Maxime Fiset

Maxime Fiset, libraire à la Librairie La liberté de Québec, suggérait Les grandes fatigues dans sa chronique du 20 mars 2020.

« Philosophique ou poétique ? Les deux ? Va savoir, mais Les grandes fatigues est un recueil cyclique sur les remous essoufflés d’un quotidien, vacillant entre l’enthousiasme et le naufrage.(...) une voix sensible qui expose avec justesse et jeux de lumière la faiblesse de nos plaisirs fugaces dans une société postmoderne, peut-être elle-même essoufflée. »

Pour lire, c'est ici.


Bouquins & Confidences

J'ai été reçue en entrevue longue à « Bouquins & Confidences »,  nouvelle émission hebdomadaire consacrée à la littérature, animée par la libraire Julie Collin, sur les ondes de CKRL. On peut écouter l'émission ici, ou ici, (à partir de la vingt cinquième minute).


« Les grandes fatigues » à Lire en chœur / suggéré par Julie Collin

Le 23 juin 2020, lors de la quatorzième semaine des prescriptions littéraires de l'Association des libraires du Québec (en direct sur facebook) pour nous faire lire en chœur pendant le confinement, la libraire Julie Collin recommandait la lecture de mon livre Les grandes fatigues


« Les grandes fatigues » suggéré par Lynda Dion

Lors de son passage à Plus on est de fous plus on lit sur les ondes de Radio-Canada le 13 mai 2020, l'écrivaine Lynda Dion suggérait trois livres québécois pour aider à penser/vivre le renouveau, notamment en ce temps de pandémie où tout est à l'arrêt et chamboulé. Les grandes fatigues faisait partie de ses suggestions. 

On peut écouter le segment d'émission ici : Palmarès de Lynda Dion : trois livres pour le renouveau annoncé.



Photos-poèmes pour #MillionsMissing

Heureuse de participer à la campagne de sensibilisation 2020 pour l'encéphalomyélite myalgique (EM). J'ai réalisé quatre photos-poèmes à partir de texte tirés de mon livre Les grandes fatigues (Noroît). Ceux-ci circulent sur les réseaux sociaux, depuis leur première publication sur la page facebook de Millions Missing France. Voici ces photos-poèmes :







« Les grandes fatigues », Livre de l'année en Mauricie

Honorée d'être lauréate du prix Arts Excellence de Culture Mauricie dans la catégorie « Livre de l'année » pour mon livre Les grandes fatigues.


Extrait de la brochure présentant les lauréats 2019

« Fabrique à perte d'éclat »

On trouve ma suite poétique « Fabrique à perte d'éclat » dans le numéro 98 de la revue Exit. Invitée à écrire en m'inspirant de la Paranoïa-critique de Dali, j'ai tenté à ma manière d'appliquer cette méthode à mon écriture...


Dans ce dossier intitulé Paranoïa-critique ou la menace du je, quinze poètes ont été regroupés : Jean-Marc Desgent, Isabelle Dumais, Christine Palmiéri, Monique Deland, Denise Desautels, François Godin, Claudine Bertrand, Nora Atalla, Odelin Salmeron, Roseline Lambert, Jonathan Lamy, Mathieu Croisetière, Virginie Beauregard D., Pierre Ouellet et Francis Catalano.
Stéphane Despatie explique : « tous ont joué le jeu. Chacun à sa manière s’est soit inspiré de la méthode de la paranoïa-critique créée par Salvador Dalí, soit par l’idée même de la paranoïa, soit par l’œuvre picturale du célèbre artiste espagnol, par ses mots ou par les lieux qu’il a fréquentés. Certains auteurs ont glissé des mots de l’artiste, des anecdotes s’y référant, ont fait allusion à son travail, d’autres ont interprété ou appliqué la méthode dalinienne dans le processus même d’écriture. Des images obsédantes se retrouvent donc dans certains textes du dossier, des réflexions tentent de prendre le dessus, alors qu’au même moment, l’œil du poète désire voir au-delà des moustaches et réorganiser le tout, sur une page lisible, où l’esthétisme aligne le signifiant, le personnel, tout en donnant accès à quelques zones intimes de la pensée. Inventer, c’est révéler. »

Bonne lecture ! ***


« Les liaisons bienveillantes »

On trouve ma suite poétique « Les liaisons bienveillantes » en hommage à Jean Royer dans le numéro 156 de la revue littéraire Les Écrits, 2019.


Ralentir avec « Les grandes fatigues »

Le livre Les grandes fatigues a eu un bon accueil l'année de sa sortie : Il est d'ailleurs au palmarès des meilleures vendeurs de l'année 2019 à la Librairie l'Exèdre. 

Je suis aujourd'hui honorée que le livre se retrouve sur deux listes bien particulières, qui l'aideront à trouver encore davantage ses lecteurs et lectrices susceptibles de l'apprécier :

La libraire Julie Collin dresse sa liste de suggestions de lecture « Ralentir, des livres pour y arriver », sur son blogue et sur les ondes de CKRL. Les grandes fatigues y figure parmi sa suggestion de livres « pour remettre en question notre emploi du temps ». 

L'association Millions Missing France, qui rassemble des personnes souffrant d'encéphalomyélite myalgique (EM), maladie classée neurologique aussi connue sous l'expression ancienne de « syndrome de fatigue chronique » (SFC), met à jour son site internet et suggère Les grandes fatigues dans ses Ressources

« Les grandes fatigues » / au top 10 2019

La Métropole.com retient Les grandes fatigues dans son top 10 des livres  2019 ! On note : «C’est rare de lire une poésie aussi profonde (presque autobiographique) ». 



« Les grandes fatigues » / un incontournable de 2019

La libraire Julie Collin retient Les grandes fatigues dans ses incontournables de 2019.

Sur son blogue Julie lit au lit et sur les ondes de CKRL, elle parle du livre Les grandes fatigues comme l'un des quatre livres de poésie dont on n'a pas assez parlé en 2019 !



« Les grandes fatigues » / critique dans Nuit Blanche

Valérie Forgues a lu Les grandes fatigues et en fait la critique dans Nuit Blanche Magazine Littéraire, no 156, automne 2019, en page 42-43.

Elle parle d' « un livre de langueur, construit avec minutie », dans lequel l' « amour de l'autrice pour l'essai est bien présent, dans le ton, dans l'angle qu'elle a choisi pour embrasser son sujet ». Elle écrit être « en présence d'une poète qui construit, de livre en livre, une oeuvre intelligente et profondément humaine ».



À lire en revue, ou en ligne pour les abonné.es !

« Détachée »

Heureuse de collaborer au numéro 178 de la revue Estuaire (décembre 2019) avec ma suite poétique « Détachée ».
Il y a l’eau qu’on boit, celle qui lave ou purifie, celle qu’on contemple et dont la traversée donne à rêver. Il y a la pluie qui tombe du ciel, en petite bruine ou en tempête. Il y a l’océan, les vagues qui viennent et reviennent. Il y a les étangs, les rivières. Il y a la surface calme ou agitée, les marées qui montent et qui descendent. Il y a l’eau claire et l’eau trouble. Pour son cent soixante-dix-huitième numéro, le comité de rédaction d’Estuaire a invité onze poètes à écrire sur l’eau et la nage.


POÈMES
Geneviève Blais
Simon Brousseau
Isabelle Dumais
Rose Eliceiry
Jonas Fortier
Flavia Garcia
Nicholas Giguère
Anne Martine Parent
Jean-Christophe Réhel
Stéphanie Roussel
Marie-Hélène Voyer

TRADUCTIONS
Cecilia Pavón par Olivia Tapiero

CRITIQUES
Zéa Beaulieu-April
Élisabeth Chevalier
Monique Deland
Roxane Nadeau
François Rioux

IMPÉRITIES
(19 mars - 21 juin 2019) par Nathanaël

COUVERTURE
Eveline Boulva

Je ne pourrai malheureusement pas y être, mais le lancement aura lieu le 9 décembre, à la Taverne du Pélican, Montréal. Plus de détails ici.


Salon du livre de Montréal

Je serai au Salon du livre de Montréal, avec « Les grandes fatigues », samedi le 23 novembre 2019, de 13h à 14h, et de 19h à 20h. Au plaisir !



Salon du livre de Rimouski

Je serai au Salon du livre de Rimouski, samedi le 9 novembre 2019 .

Pavillon de la Poésie, stand # 103. 
J'y serai, avec « Les grandes fatigues ».
10 h à 11 h
16 h à 17 h.

Je vous fais aussi un 90 SECONDES DE POÉSIE, à 15 h, à la Mezzanine Hydro-Québec

Puis, PLACE À LA POÉSIE ! De 18h30 à 20h, à la Mezzanine Hydro-Québec.
J'y serai avec les poètes Gérald Gaudet, Louis-Philippe Hébert, Annie Landreville et Brigite Lavallée.

Passez écouter aussi ma poésie sur fond de paysage des Iles de la Madeleine (avec la poésie aussi de Jean-Christophe Réhel et Marie-Andrée Gill), en vivant l'expérience Insaisissable: 360 degrés de poésie !

Pour consulter la programmation complète, c'est par ici.